2 – RECUPERATION DE L’EAU DE PLUIE

BANNIERE eau

 

L’eau est sans doute le bien le plus précieux de notre planète. Cette eau doit être utilisée avec attention et parcimonie, et ne doit surtout pas être gâchée.

Une maison de notre temps doit pouvoir fournir une eau saine à ses habitants. C’est ce que fait la MAD en récoltant l’eau gratuite du ciel.

Nous devons récupérer l’eau de pluie ; la « récolter », comme on récolte le blé dans un champ. Et sans aucune connotation mystique, nous pouvons dire que la pluie est don du ciel. Saisissons-le!

Dans toutes les régions de France, la pluviométrie est suffisante pour récolter la quantité d’eau nécessaire à la consommation humaine, et cela pourvu que la toiture de la maison soit bien dimensionnée (le problème est différent en immeuble car la surface de toit est partagée).  De Marseille à Lille, des Landes à l’Alsace toutes les régions permettent de récolter l’eau de pluie.

RÉCUPÉRATION / STOCKAGE / FILTRATION

Le toit est le point de départ du parcours de l’eau dans la maison.

SCHEMA  EAU 01 toit

Dans un souci de performance de captage et d’économie de construction, nous proposons une couverture en bac acier. D’autres options sont compatibles avec la collecte d’eau de pluie. Ainsi la tuile, l’ardoise, le zinc, etc. permettront d’adapter la maison au goût de chacun. Mais le bac acier reste le matériau idéal pour récupérer l’eau de pluie la plus propre. Il permet même l’écoulement et la récupération de la rosée du matin.

Les gouttières sur les deux façades principales collectent l’eau qui est dirigée vers des citernes enterrées à l’arrière de la maison.

L’eau stockée dans un endroit frais (mais isolé du gel) et à l’abri de la lumière peut ainsi être gardée pendant plusieurs mois (sécheresse).

L’eau est ensuite conduite à travers un système de filtration:

Après une filtration grossière avant l’entrée en citerne, l’eau passe par un premier filtre permettant de protéger la pompe des plus grosses particules. Elle traverse ensuite un filtre fin (30 μ) donnant une eau propre destinée à la douche, la vaisselle, la lessive, etc. Une autre partie de l’eau passe successivement au travers d’un filtre plus fin (15 μ) et d’un filtre céramique (2 μ) éliminant tous germes ou bactéries potentiellement encore présents dans l’eau. Ce dernier filtre agit comme la roche qui purifie l’eau de source en montagne. Enfin, quand elle arrive aux robinets, l’eau est non seulement potable mais de qualité supérieure à l’eau de ville (chlore, etc.).

L’eau propre (destinée à la douche, la vaisselle, la lessive) est admise dans un surpresseur pour assurer une pression convenable dans l’ensemble de la maison. L’eau purifiée et potable est quant à elle acheminée par un réseau parallèle distinct. Chaque lavabo et évier est ainsi équipé de deux robinets (ou trois): le (ou les) classique(s) Eau froide/Eau chaude et le robinet d’eau potable. Ces robinets peuvent aussi être équipés de commandes spécifiques comme des pédales ou des minuteurs permettant d’économiser l’eau.

Quelque soit sa région d’implantation (en France), la MAD peut donc récolter assez d’eau et, grâce au réemploi de celle-ci (cf. « Eaux usées« ), subvenir aux besoins de ses habitants. Plus la maison compte de personnes, plus la toiture est grande, et plus la quantité d’eau collectée est importante. Le système de récupération de l’eau de pluie est donc une partie intégrante de la conception de la MAD.